Discographie

Nouvel Album enregistré aux grandes Orgues d'Epernay avec le Label IFO. 

Louis Vierne (1870-1937) : Symphonie pour orgue n° 1 en ré mineur, op. 14 / Alexandre Guilmant (1837-1911) : Sonate pour orgue n° 1 en ré mineur, op. 42 / Fabien Chavrot, orgue (Grandes Orgues Cavaillé-Coll de l'église St-Pierre-St-Paul d'Epernay, 1897)

71nwuv7xn l sl120071t6bnttabl sl1200album disponible : fabienchavrot@gmail.com

 

Nouvel Album Live enregistré aux grandes Orgues Klaïs à St Stefan de Mainz (Allemagne)

Orgelabend avec Maxime Patel et Baptiste Florian Marle-Ouvrard

Org72692 30f96995

 

Track Komponist Titel Opus
01 Louis VIERNE Fabien CHAVROT

Allegro - ex: Symphonie No 2 en Mi mineur | 
op. 20 (1902) | « à Charles Mutin »
 
02 Charles-Marie WIDOR Fabien CHAVROT

Andante sostenuto 
ex: Symphonie No 9 (« Gothique ») | op. 70 (1878)
 
03-05 Louis VIERNE Fabien CHAVROT

Prélude – Intermezzo (Allegro vivace) – Final 
ex: Symphonie No 1 en Ré mineur | op. 14 (1895-98) | « à Alexandre Guilmant »
 
06 B.-F. Marle-Ouvrard Baptiste-Florian MARLE-OUVRARD

Fantaisie rhapsodique sur « Les Folies d‘Espagne » Finale 
ex: Symphonie improvisée en trois mouvements
sur trois sujets originaux de J. S. BACH (Folia ex. « Cantate burlesque » | BWV 212)
 
07 Maurice RAVEL Baptiste-Florian MARLE-OUVRARD

Alborada del gracioso (Assez vif) 
« à Michel D. Calvocoressi » | ex: Miroirs, No 4 (piano) (1904/05) - Arr. organ: Lionel Rogg
 
08 César FRANCK Baptiste-Florian MARLE-OUVRARD

Cantabile - ex: Trois Pièces pour grand orgue (1878)
 
09 Rolande FALCINELLI Maxime PATEL

Mathnavi (Allegro, non troppo ritmico) | op. 50 (1973) 
d‘ après le poème mystique d‘ Ibrahim Arâqî | « A Madamme Nelly Caron »
 
10 Jeanne DEMESSIEUX Maxime PATEL

Étude II « Tierces » (Allegretto) 
ex: Six Études | op. 5/2 (1944)
 
11 Pierre LABRIC Maxime PATEL

Allegro - ex: Hommage à Jeanne Demessieux, No 1 (1969)
 
12 Jeanne DEMESSIEUX Maxime PATEL

Étude VI « Octaves » (Allegro con fuoco) 
ex: Six Études | op. 5/6 (1944)

 

 

 

De Bach aux romantiques

 

 

"Les Oeuvres choisies pour ce premier album, me tiennent toutes à coeur.

De Bach :

-La grande Toccata et fugue, oeuvre incontournable du répertoire organistique.

-Deux chorals, appartenant tous les deux au "petit livre d'orgue", mais chacun dans leur "section"; Wenn wir in höchsten Nöthen sein (quand nous sommes dans une extrême détresse) se trouve dans la section de la méditation sur la mort; et Ich ruf zu dir Herr Jesu Christ (Seigneur Jesus je crie vers toi) dans celle de la prière quotidienne.

-La Fugue du Prélude et fugue en Sol Majeur, délicate et avec un fort language contrapuntique.

 

De Couperin :

-La Tierce en taille issue de la messe des couvents. Le Récit de tierce en taille est caractéristique de la musique d'orgue Française du grand siècle.                       La taille désigne une hauteur de voix, correspondant au ténor actuel. Celle-ci, qui chante à la main gauche, est accompagné par des tenues et une basse douce.

 

De Brahms :

Prélude en Sol mineur, cette oeuvre de jeunesse de Johannes Brahms, montre son côté fougueux et emporté, qu'on ne retrouvera plus vraiment dans la suite de son oeuvre.

 

De Boëllmann :

La suite Gothique, est une oeuvre bien connue. Elle est composée de 4 "parties" destinées à être jouées à la suite. Plusieurs styles s'affrontent dans cette suite, des grands accords fortissimo du premier mouvement, aux rythmes pittoresques du menuet gothique, à la douceur de la prière à Notre Dame, et pour finir le leitmotiv entêtant de la Toccata avec sa vivacité et son côté très mystérieux.

 

 De Franck :

Le prélude, fugue et variation, oeuvre mélancolique par excellence, est construite avec la rigueur épurée de l'auteur, une facette à l'opposé de celle dévoilée dans la Pièce héroïque, ici, il s'agit d'une fresque évocatrice (cette pièce fut écrite en mémoire des morts de la guerre de 1870)

 

De Vierne :

Le Final de la première Symphonie est sans doute le seul (ou presque) rayon de soleil dans l'ensemble de la production de Louis Vierne. Magnifique, mais très sombre. Ce carillon éclate de vitalité et de gaieté, en faisant appel à toutes les ressources de l'orgue ... et de l'organiste."

 

62 votes. Moyenne 4.90 sur 5.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×